Voir les photos (8)

Le marais de Gannedel

Patrimoine naturel à La Chapelle-de-Brain

Horaires et services non garantis
  • Cet espace naturel est situé au cœur des marais de Vilaine, l’une des plus grandes zones humides du département.
    Le marais de Gannedel s’est formé à l’endroit où le Canut rejoint la Vilaine, au gré de l’évolution du niveau de la mer depuis 8000 avant J.-C. Ce site de 500 hectares est aujourd’hui classé en zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique (ZNIEFF). Il fait partie du réseau Natura 2000. Il accueille plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux tout au long de l’année....
    Cet espace naturel est situé au cœur des marais de Vilaine, l’une des plus grandes zones humides du département.
    Le marais de Gannedel s’est formé à l’endroit où le Canut rejoint la Vilaine, au gré de l’évolution du niveau de la mer depuis 8000 avant J.-C. Ce site de 500 hectares est aujourd’hui classé en zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique (ZNIEFF). Il fait partie du réseau Natura 2000. Il accueille plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux tout au long de l’année. Mais c’est au printemps qu’il révèle le mieux tous ses secrets.

    Une mosaïque de milieux
    Le marais compte deux plans d’eau, des prairies humides inondables, une roselière (80 ha) et des cours d’eau de faible profondeur. Le tout forme un magnifique décor naturel et paysager, souligné par des coteaux au profil rocheux et boisé.

    Une histoire au long cours
    Le marais de Gannedel est exploité par les hommes jusqu’à la fin du XIXe siècle. On vient y pêcher et chasser. On y pratique aussi l’élevage jusqu’à ce que l’exode rural mette un terme aux activités traditionnelles. La construction du barrage d’Arzal (Morbihan) change la donne en 1970. Situé à 8 km de la mer, l’ouvrage stoppe la remontée des marées. Conséquence? Les inondations naturelles disparaissent. Les marais peuvent être aménagés et la navigation fluviale est rétablie. Puis le cours de la Vilaine au nord est rectifié. La mise en culture se poursuit, le remembrement aussi. Le fonctionnement naturel de la zone humide est modifié. Au début des années 90 apparaît un nouveau phénomène. Une plante envahissante fait son apparition : la jussie. Elle contribue au comblement progressif de la zone humide. Le Département intervient régulièrement pour limiter son expansion.

    Retrouvez plus d'informations sur le site du Département d'Ille-et-Vilaine
  • Clientèles acceptées

    • Individuels
    • Groupes
Prestations
  • Services

    • Animaux acceptés
Nos suggestions