Chemin des Saulniers

Chemin des Saulniers n°6

à Coësmes

11.1 km
Pédestre
Facile
  • À Coësmes où que vous vous trouviez, l’histoire vous rattrape !!! Des anciennes ardoisières du 19e siècle au chemin des Saulniers de l’ancien régime, partez à la recherche des empreintes du passé.

    5 % du parcours sur goudron
Points d'intérêt
1 Le plan d'eau
Détendez-vous autour de ce plan d’eau, royaume des carnassiers : sandre et brochet se distinguant par leur comportement, l’un solitaire l’autre, vivant en groupe. À votre avis, en combien de temps, celui-ci a été creusé...? En une nuit !
2 Le moulin de la pile
Référencé au cadastre du Theil-de-Bretagne, servait à moudre le blé des paysans environnants. Aujourd’hui, il ne reste de ce lieu qu’une ruine, ancien dépôt à blé, et les murs de soutènement de la digue, dévoilant la présence d’un étang, une invitation à une reconstitution historique…
3 Les deux fours à pains
En bord de route, arrêtez-vous un instant sur les deux fours à pain que comptent Champagné. Ces fours demandaient une réelle dextérité. Tout d’abord, glissez trois fagots de bois dans l’antre, laissez brûler et mettez de côté la braise par un rouable puis enfournez à l’aide d’une pelle à pain la patte directement sur la brique. Attendez que la brique du haut du dôme soit blanche, pour retirer vos pains.
4 Le Chêne de la Liberté
Au lieu-dit le Chêne de la Liberté, ne cherchez pas, vous n’apercevrez aucun chêne au carrefour. La raison est simple, une violente tempête, en 1967, causa d’énormes dégâts dans la région dont un chêne, qui donnait son nom au quartier.
5 Le Manoir du Plessix
Signifiant lieu entouré d’une haie entrelacée, remonte au 12e
siècle,
vers 1186, sous le règne de Philippe Auguste. La demeure, érigée à la demande de Briant de Coësmes, possédait une chapelle et une fuie, sorte de petit colombier. Le manoir
dépendait de la seigneurie de Thourie, administrée et dépendante de la baronnerie de Vitré.
6 Un puits en palis
Dans la rue du quartier la Costarderie, sur votre gauche, adossé à une habitation, un puits en palis, nom donné aux plaques de schiste le recouvrant, témoigne du passé où chaque villageois puisait son eau au puits. L’arrivée de l’adduction d’eau en 1964, mettra fin à cette époque.
Nos suggestions