festival international de musique classique dinard

32è Festival International de Musique : Miroirs classiques et jazz

Festival, Musique classique, Temps fort, Culturelle, Musique à Dinard

25 Tarif plein
  • Par définition, le jazz est improvisation. Il ne s’écrit pas. Même si…
    Par définition, le répertoire classique ne s’improvise pas. Ses partitions sont écrites. Même si…
    Les frontières entre les deux univers sont ténues.

    Explorant la richesse de la mise en miroirs du répertoire classique et du jazz, Yaron Herman et Claire-Marie Le Guay nous convient à des métamorphoses successives.

    A l’époque baroque, du temps de Bach, par exemple, l’improvisation était naturelle. Elle était un acte de...
    Par définition, le jazz est improvisation. Il ne s’écrit pas. Même si…
    Par définition, le répertoire classique ne s’improvise pas. Ses partitions sont écrites. Même si…
    Les frontières entre les deux univers sont ténues.

    Explorant la richesse de la mise en miroirs du répertoire classique et du jazz, Yaron Herman et Claire-Marie Le Guay nous convient à des métamorphoses successives.

    A l’époque baroque, du temps de Bach, par exemple, l’improvisation était naturelle. Elle était un acte de création au même titre que celui de prendre la plume pour écrire sur une page blanche.
    Au fil du temps, le jazz nourri de rythmes, de couleurs et de timbres extra-européens a cherché d’autres sources d’inspiration. Dès le début du XXe siècle, bien des compositeurs se sont intéressés au jazz et bien des jazzmen ont détourné les motifs du répertoire classique. Pour Yaron Herman, métamorphoser un thème tient autant du jeu que de l’hommage, du pastiche, que la (re)création, assurément. La palette sonore de l’artiste est immense, au service d’une liberté sans limite et qu’il décrit avec passion dans son ouvrage « Le Déclic créatif ».
    Prenez Clair de Lune de Debussy. Quelques notes, quelques résonances… Une envoûtante immobilité et la porte s’entrouvre sur la possibilité d’un paysage nouveau… Extrait des Préludes du même Debussy, la Danse de Puck tient moins de la rêverie que du caprice. Que deviennent les facéties d’un lutin aussi espiègle ?
    Jean Cras fut un compositeur et poête de la mer, musicien et contre-amiral passionné des contrées lointaines, celui que l’on surnomma le « Pierre Loti de la musique ». Sa Danza tenera semble émerger d’un songe, d’un temps immobilisé.
    Compositeur, auteur et producteur à France-Musique, Rodolphe Bruneau-Boulmier possède une écriture lyrique et personnelle. Le travail de création d’un improvisateur sur une œuvre contemporaine telle qu’Etoiles en est d’autant plus vibrant.
    Le Cantique d’Amour referme le cycle des Harmonies Poétiques et religieuses que Franz Liszt acheva en 1852. Le titre est emprunté à l’ouvrage éponyme d’Alphonse de Lamartine. Dans cette pièce, Liszt atteint une forme de sérénité. L’œuvre est prémonitoire : elle annonce les recherches sur les timbres qu’ouvrira le XXe siècle. L’improvisateur jouera-t-il hors du temps avec ces Harmonies, pour nous faire partager son voyage sonore ?

    Piano : Yaron HERMAN
    Piano : Claire-Marie LE GUAY

    Programme :

    Claude Debussy (1862-1918) : Clair de lune
    Claire-Marie Le Guay
    Yaron Herman, improvisation
    Claude Debussy : La danse de Puck
    Claire-Marie Le Guay
    Yaron Herman, improvisation
    Jean Cras (1879-1932) : Danza tenera
    Claire-Marie Le Guay
    Yaron Herman, improvisation
    Rodolphe Bruneau-Boulmier (1983) : Etoile n°1
    Claire-Marie Le Guay
    Yaron Herman, improvisation
    Rodolphe Bruneau-Boulmier : Etoile n°2
    Yaron Herman, improvisation
    Rodolphe Bruneau-Boulmier : Etoile n°3
    Yaron Herman, improvisation
    Franz Liszt (1811-1886) : Cantique d’amour, extrait des Harmonies poétiques et religieuses
    Claire-Marie Le Guay
    Yaron Herman, improvisation

    À partir du 16 juin 2021 : billetterie à l'Office de Tourisme de Dinard,
    www.ville-dinard.fr > rubrique billetterie,
    www.festival-music-dinard.com
    et sur place les soirs de concert dans la limite des places disponibles.

    Vendredi 16 Juillet – 20h30 - Théâtre Debussy, Palais des Arts et du Festival
  • Langues parlées

    • Français
  • Tarifs
  • Tarif de base
    25 €
  • Tarif réduit
    23 €

    • Carte Enora

  • Tarif réduit
    15 €

    • Etudiants, 7-18 ans, demandeurs d’emploi, minima sociaux, situation de handicap

  • Tarif abonné
    De 46 € à 105 €

    • Formules 2, 3 ou 5 concerts.

Horaires

Horaires

  • Le 16 juillet 2021 à 20:30
Nos suggestions